28 octobre 2012

Bram Stoker – Dracula

Posted in 3 hiboux, Challenge Fant'classique, Classique, Fantastique at 21:13 by alivre0uvert

Répondant à l’invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante. Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l’apesanteur…
Jonathan Harker doit se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…
Cela faisait longtemps que j’avais envie de découvrir ce grand classique.

J’ai eu beaucoup de mal à accrocher. L’écriture est très fluide et facile à lire mais malgré cela j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans le récit.

J’ai plutôt eu du mal avec certaines choses, qui doivent être de l’époque. Notamment le fait que les personnages fassent systématiquement « appel à la générosité » de leur interlocuteur, ou bien qu’il les estime car ceux-ci font preuve de générosité (alors qu’il n’y avait pas grand chose de généreux), le fait qu’en 5 minutes ils deviennent des amis sincères, y compris après avoir été refusé dans leur demande en mariage…

Je m’attendais à un récit plus glauque mais c’est franchement plus que soft ce qui m’a un peu déçue aussi.

 J’ai bien aimé la forme épistolaire du roman bien que les personnages n’aient pas des personnalités très marquées des unes des autres.

 Je ne fus pas fâchée d’arriver à la fin de l’ouvrage, les dernières cent pages étant plus rythmées, ma vitesse de lecture a pu s’accélérer. Je suis quand même contente d’avoir découvert un classique du fantastique et c’est je crois, le principal

 

      1/5

24 octobre 2012

Liz Jensen – La neuvième vie de Louis Drax

Posted in 3 hiboux, Contemporain at 16:33 by alivre0uvert

 Image
 » Demandez un peu à ma maman si c’est drôle d’avoir un fils qui collectionne les accidents. Elle vous dira que non. On n’arrive pas à dormir, parce qu’on se demande comment ça va finir. On voit le danger partout et on se dit Il faut le protéger. Mais parfois on ne peut pas.  » Louis, neuf ans, enfant précoce et perturbé, victime d’accidents à répétition, est tombé d’une falaise lors d’une promenade en famille. Sa chute était-elle vraiment un accident ? Déclaré cliniquement mort, il ressuscite à la morgue d’un hôpital français. Personne ne comprend ce qui a pu se passe, jusqu’à ce que Louis commence à raconter les événements… »
 La quatrième de couverture m’avait intriguée, je l’avais trouvée originale.La rencontre de Louis avec un autre personnage, Gustave, ne m’a pas plu car j’en avais deviné la conclusion, mais en même temps sans ces passages, le livre aurait peut-être été un peu trop allégé.

Je l’ai lu assez vite pour pouvoir rapidement passer à autre chose. Je n’irais pas jusqu’à dire que je n’ai vraiment pas aimé mais je n’ai pas été plus charmée que ça.

Pascal Dannadet, le médecin qui s’occupe de Louis, nous fait pressentir une tragédie, personnellement je m’attendais à pire. Je n’ai été que peu séduite de l’explication de la chute, bien que je ne m’y attendais pas.

J’ai été également relativement déçue de la fin.

J’ai encore bien aimé le style, le changement de narrateur, et donc le fait d’avoir un roman à plusieurs voix. C’est un petit livre qui se lit pour passer un bon moment de détente au bord de la plage mais sans plus.

 ImageImageImageImageImage

18 octobre 2012

Nancy Huston – Lignes de faille

Posted in 3 hiboux, Challenge un monde livresque, Contemporain at 12:02 by alivre0uvert

Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n’est le sang. Pourtant, de l’arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Monstrueuses ou drôles, attachantes ou désespérées, les voix de Sol, Randall, Sadie et Kristina – des enfants de six ans dont chacun est le parent du précédent – racontent, au cours d’une marche à rebours vertigineuse, la violence du monde qui est le nôtre, de San Francisco à Munich, de Haïfa à Toronto et New York. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l’époque où l’on vit, l’homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C’est contre elle pourtant que s’élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

Le début m’a laissée dubitative. J’ai trouvé Sol très vulgaire et fort porté sur le sexe pour un enfant de cet âge. C’est, en plus de ça, l’archétype de l’enfant roi à qui on cde tout et qui se croit le meilleur, le seul, l’unique.

J’ai réussi à me laisser portée par le chapitre consacré à Randall, le père de Sol. Randall en lui-même est plus simple, plus naturel, plus attachant. Ensuite, on en apprend plus sur l’histoire de la famille à travers Randall écoutant les conversations des adultes sans en avoir l’air.

Ensuite, on remonte encore le temps, jusqu’aux 6 ans de Sadie, la mère de Randall. Chapitre qui m’a parut sans grand intérêt, en tout cas je me suis ennuyée.

Enfin, la route du temps est encore une fois remontée jusq’aux 6 ans de Kristina, mère de Sadie et donc arrière grand mère de Sol. A mon sens, le meilleur des chapitres.

Au final, je reste sur un sentiment plutôt mitigé.

1/5

Challenge « lire sous la contrainte »

Posted in Chalenge lire sous la contrainte, Challenge at 08:39 by alivre0uvert

Et oui, encore un challenge, je ne l’en lasse pas! Bon cette fois-ci il s’agit d’un livre par mois et seulement si j’ai un livre de ma pal qui corresponde au thème du mois.

Le thème de ce mois-ci est prénom.

Il suffit donc de choisir un livre dont le titre comporte un prénom (seul ou au milieu d’autres mots, d’un nom de famille, …), de rédiger un billet et de le publier pour le 10 novembre.

Ca se passe ici.

Le thème de la première session était « phrase interrogative ».

Ca laisse donc une bonne marge de manoeuvre.

Je vais donc lire le Concile de Pierre de J-C Grangé pour le 10 novembre.

13 octobre 2012

Marc Lévy – Où es-tu

Posted in 0 hibou, Contemporain at 08:56 by alivre0uvert

Adolescents, ils se sont jurés de s’aimer pour toujours mais le destin va les séparer. Elle affrontera la violence des ouragans en Amérique centrale, tandis qu’il fera carrière à Manhattan. Philip avait promis à Susan que s’il lui arrivait quoique ce soit, il serait toujours là pour elle. Il ne pouvait savoir que cette promesse allait bouleverser sa vie.

Bon alors, déjà le résumé me tentait pas trop mais comme ma belle-mère me l’a prêté, je ne pouvais pas décemment le lui rendre sans l’avoir lu.

 Et donc, je n’ai absolument pas aimé ce livre. Voilà c’est dit.

 A la dernière page, une question m’est venue « mais à quoi sert ce livre ? ». Je sais, aucun livre ne sert à quoi que ce soit… mais ce que je veux dire, c’est que j’ai trouvé le scénario complètement plat, le lire ne m’a absolument rien apporté.

Susan m’a horripilée, je ne la comprenais absolument pas et n’avais pas envie de la connaitre.

Philip m’a un peu plus plu mais était quand même très mièvre, niais. Lisa est plutôt inconsistante. Il n’y a que le personnage de Mary auquel je me suis attachée.

Bref rien n’est à garder dans ce libre.

 

10 octobre 2012

Suzanne Collins – Hunger games

Posted in 4 hiboux, Jeunesse at 19:30 by alivre0uvert

Les Jeux de la Faim ; 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ?
Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an.
Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé…
Les alliances se font et se défont et Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l antenne. Calcul? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim…

J’aurais mis… 3 jours pour finir le premier tome. Je comprends tout à fait le succès librairie de ce roman pourtant estampillé jeunesse.

Il nous transporte, nous emporte dans ce monde dystopique, dans ces jeux de la faim.

Il n’y a aucune lenteur, les actions se succèdent à un rythme parfait, on a à peine le temps de reprendre notre souffle, qu’on est de nouveau repartis.

On a envie de connaître la suite, encore et encore, c’est un vrai supplice de le laisser, bref un vrai coup de coeur pour ma part.

Par contre on se demande comment elle va nous tenir sur encore deux tomes, personnellement je trouve que le premier se suffit à lui-même mais je me ferais un avis définitif à la fin du 3ème.

On sent beaucoup plus le côté jeunesse du roman que dans le tome 1. Surtout de par les hésitations amoureuses de l’héroïne. Il est également beaucoup plus lent à démarrer même si quand il démarre, il en vaut la peine. L’arrivée de nouveaux personnages n’est pas pour me déplaire, surtout que j’ai du mal à m’attacher à Katniss.

Il est quasi impossible d’en dire plus sans en dire trop. Spoiler : J’ai été sidérée par le retour dans une nouvelle arène, l’idée de l’horloge est vraiment géniale.

Par contre le sauvetage de Katniss à la fin m’a semblé presque trop facile.

Bon c’est décidé, Katniss m’énerve. Elle a toujours adopté une attitude de rebelle mais minaude avant de prendre la tête de la rébellion.

Je retrouve le rythme qui m’avait laissée sans souffle dans le 1er tome et c’est non sans un petit « déjà » que j’ai dit au revoir à la trilogie au bout de 5 jours.

Pour conclure, j’ai trouvé que c’était une chouette saga, première lecture dystopique et première lecture estampillée jeunesse depuis que je suis adulte. Le genre a bien évolué et m’a paru quand même assez violent mais bon c’est peut-être le reflet de notre société. Je trouve que les autres personnages auraient mérité d’être plus approfondis d’autant plus que personnellement l’omniprésence de Katniss m’a un peu gênée car je n’ai pas réussi à m’y attacher. Trop égoïste, trop nunuche par moment, trop froide mais pas assez de profondeur pour qu’on ai de l’intérêt pour elle. La saga aurait pu effectivement s’arrêter au tome 1 mais les les suivants n’étaient pas de trop non plus, bien que les deux derniers auraient peut-être pu être condensés en un seul.

ImageImageImage

La lecture en numérique

Posted in Autre at 19:12 by alivre0uvert

Il y a peu, je ne me serais jamais imaginée lire un ebook, parce que pour moi la lecture c’était sur papier et rien d’autre. Un ebook? Un blasphème pour la littérature!

Je ne m’imaginais pas pouvoir lire et me passer de la sensation du papier sous les doigts, de l’odeur particulière d’un livre neuf ou d’occasion.

C’était sans compter que j’ai eu envie de dévoucrir la saga Hunger games, à force de lire des articles lui était consacrée, de part et d’autres de la toile.

Ba oui parce que moi je lis dans les transport en commun et le grand format c’est vraiment pas pratique. J’en avais marre d’attendre leur hypotétique sortie en poche.

Possédant déjà une tablette, je n’ai pas eu envie d’investir dans un reader, je me suis dit que j’allais tester comme ça et que si ça n’allait pas j’allais réenvisager l’investissement.

Je lis donc sur ma tablette, j’ai diminué le contraste de l’écran. Ce qui était conseillé sur forum, et franchement je ne trouve pas ça si désagréable que ça. J’ai lu une heure d’affilée dans les transports en communs sans difficulté. Et même plus longtemps encore sans aucun soucis. Il faut dire que lorsque je travaillais encore, je passais déjà 8h par jour devant un écran sans ressentir de gêne, donc je ne voyais pas pourquoi cela me ferait mal aux yeux (risque mentionné sur forum).

Certains parlaient du poids de la tablette, mais personnellement comme je tiens mes livres à deux mains,  je fais pareil et ça ne m’a pas choquée. Je l’ai même tenue à une seule main dans le métro bondé pendant 10 minutes sans que cela ne soit vraiment gênant.

Enfin, même si c’est gadget, y a un effet pages tournées qui est sympa. Et pas de risque de perdre son marque page puisque l’arrêt est mémorisé par l’appareil.

Je peux dire que je suis plus que convaincue!

 

 

8 octobre 2012

Challenge monde livresque

Posted in Challenge, Challenge un monde livresque at 21:33 by alivre0uvert

Et oui encore une inscription à un challenge. C’est un peu pour eux que j’ai eu envie de me faire ce blog.

-petit touriste } de 1 à 5 livres } Italie/France/Angleterre/Canada/Espagne


-voyageur passioné } de 6 à 15 livres } Italie/France/Angleterre/Canada/Espagne/Allemagne/Liban/Chine/Japon/Australie/Etats-Unis/Belgique/Nouvelle-Zélande/Mexique/Colombie

-chercheur incollable } de 16 à 25 livres }  Italie/France/Angleterre/Canada/Espagne/Allemagne/Liban/Chine/Japon/Australie/Etats-Unis/Belgique/Nouvelle-Zélande/Mexique/Colombie/Argentine/Irlande/Brésil/Luxembourg/Corée (du sud et du nord)/Russie/Suisse/Egypte/Thaïlande/Afrique

-bilingue mondial } plus de 26 livres } c’est vous qui choisissez les pays.

Pour chaque palier il y a une liste de pays préétablie (voir ci-dessus) ; ce sont les nationalités des auteurs dont vous aurez choisi le livre.
Attention, vous n’avez pas le droit de prendre deux auteurs de la même nationalité.
Exemple : pour le palier 1, en Italie, je prends Dino Buzzati avec le K, en France je prends Maurice Leblanc avec Arsène Lupin, en Angleterre je prends Jane Austen avec Orgueil et préjugés, au Canada Anne Robillard avec les chevaliers  d’Emeraude et en Espagne Miguel de Cervantes avec Don Quichotte de la Mancha.

Je mettrai peut-être plus tard une liste d’auteurs en fonction de leur pays, si j’ai le temps, pour ceux qui n’ont pas trop d’idées.

Vous n’êtes pas obligé de me donner le nom des livres que vous avez choisi à l’avance.
Une fois le livre lu, vous mettez sur votre blog (ou si vous n’en avez pas, sur le blog de livraddict ou sur ce topic, mais précisez) votre critique avec un lien ici ou sur le topic afin que je puisse valider votre billet. Tous les genres sont autorisés.

Je ferai un bilan une fois par moi ici.

Pour participer :
Envoyez-moi un message ici ou sur le topic pour me demander en donnant l’adresse de votre blog (ou si vous n’en avez pas sur livraddict ou le topic) et la catégorie que vous voulez.

J’espère vraiment que ça va attirer des lecteurs. Si vous voulez commenter les livres que vous avez lu, c’est ici 🙂

P-S : je suis désolée pour la bannière mais je suis nulle pour faire ce genre de choses…

VOUS AVEZ JUSQU’AU 16 JUILLET 2013 !!

ça se passe par ici , pour ma part je participerai dans la catégorie petit touriste avec cette liste issue de ma PAL :

Marisha Pessl – La physique des catastrophes

Posted in 3 hiboux, Contemporain at 18:20 by alivre0uvert

Bleue Van Meer, adolescente précoce, mène une vie peu ordinaire. Son père, un intellectuel exubérant, la ballotte d’une ville universitaire à l’autre. Ils vivent une relation fusionnelle, multiplient les joutes oratoires et refont ensemble l’histoire de la littérature et de la physique quantique. Mais un jour, Bleue découvre son professeur d’anglais pendue à un arbre. En tentant d’élucider ce drame, elle percera les secrets de son entourage…
 J’ai directement été charmée par l’originalité du livre, notamment les illustrations et références bien que ces dernières deviennent pesantes à force.
La 4ème couverture et les critiques dithyrambiques m’avaient donné l’eau à la bouche mais personnellement c’est loin d’un coup de coeur pour moi, je m’attendais à quelque chose de plus renversant et quand j’ai tourné la dernière page, je me suis un peu dit « tout ça pour ça ».Lla fin n’est pas vraiment une fin, elle laisse un truc en suspens mais sans se dire qu’il y a telle ou telle possibilité.Bref c’est un roman d’apprentissage, on voit bleue grandir et évoluer mais en ce qui me concerne, ça ne va pas plus loin que ça et il sera assez rapidement oublié .Je conseillerai toutefois de ne pas passer à coté car l’originalité du roman et du personnage de bleue font qu’il vaut la peine d’être lu.ImageImageImageImageImage

6 octobre 2012

Donato Carrisi – Le chuchoteur

Posted in 5 hiboux, Polar - Thriller at 08:11 by alivre0uvert

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Hormis leur bras gauche découpé et découvert avant leur corps, ce triller commence de façon assez classique.

Il avance doucement, comme un moteur diesel, il chauffe doucement mais surement.

On découvre un mystérieux détenu, RK-35719 dont on ne sait pas grand chose, on se demande ce qu’il vient faire là et ses incursions dans le roman sont tellement rares qu’on l’oublie presque.

Comme je disais, le rythme est ronronnant mais jamais assommant, on ne s’ennuie donc pas pour autant. Arrivé au 4/5ème du livre, on sait toujours pas grand chose. Plus de questions en suspens que de réponses…

Et puis, d’un coup, comme pour un moteur diesel, le turbo s’allume. Le rythme s’accélère, et ne s’arrête plus de révélation en révélation.

Mila est sombre et insaisissable, elle possède un secret. Il m’a semblé évident quand il nous a été révélé mais comme rien ne perçait, comme le détenu RK-35719, je l’ai laissé de côté.

Je n’y ai donc plus pensé jusqu’à ce qu’il m’atteigne d’un coup, sans avertissement, de sa force brutale.

Mais c’était sans compter celui qui entoure Goran bien plus percutant encore.

Et bien sur, à la toute fin, on comprend enfin le titre du livre. Ce qui m’a personnellement donné envie d’en savoir plus sur le sujet .

Une bonne découverte

Page suivante