30 novembre 2012

Franck Thilliez – Gataca

Posted in 3 hiboux, Polar - Thriller at 15:02 by alivre0uvert

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/covers/73/73401/couv68438918.gif
L Évolution est une exception. La règle, c est l Extinction.
Une jeune scientifique spécialiste de l évolution des espèces, retrouvée morte, attaquée par un primate.
Onze hommes derrière les barreaux. Leurs points communs : tous ont commis des crimes barbares et tous sont… gauchers.
Enfin, la découverte d une famille de Néandertaliens assassinée par un Cro-Magnon.
Quel est le rapport entre ces affaires et des crimes éloignés de 30 000 ans ?
La clé est dans ces quelques lettres : GATACA…

Je n’avais qu’une hâte c’était retrouver Franck et Lucie, surtout après le cliffhanger de la fin du sundrome e.  En plus, comme j’avais été véritablement happée par le premier tome, j’étais sure que la suite serait aussi accrocheuse…

Notre duo se retrouve sur les trace du meutre d’une étudiante. Celle-ci étudiait la latéralité en biologie évolutive. Et pourtant, elle a été en contact avec un massacre vieux de 30000 ans, celui opéré sur une famille de néandertal par cro-magnon.

 Thilliez utilise la même « sauce »  que dans le syndrome e : des mystères en apparence sans relation. Peut-être est-ce pour cette raison que je suis plutôt restée de marbre face à ce tome-ci? Peut-être aussi parce qu’il est moins énergique que le précédent? Moins d’action…

Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est mauvais mais je me suis un peu ennuyée quand même. Je l’ai lu jusqu’au bout parce que malgré tout j’avais envie d’en savoir plus, que je déteste abandonner un livre (même si ça m’arrive et que même si je n’étais pas passionnée, je ne l’ai pas assez trouvé rébarbatif pour l’abandonner) et puis je me suis énormément attachée à Franck et Lucie.

Thilliez me fait penser un peu à Grangé en moins gore, je me demande si je suis la seule. Du coup, j’ai envie de lire un autre livre de Thilliez pour voir si ces autres oeuvres se rapprocheront de ce que j’ai ressenti pour le premier ou pour le deuxième.

24 novembre 2012

Franck Thilliez – Le syndrome E

Posted in 5 hiboux, Challenge un monde livresque, Polar - Thriller at 14:47 by alivre0uvert

Une affaire étrange bouleverse l’été de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille où elle vit avec ses jumelles. Un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage acheté au fils d’un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, mais surtout, un film à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique. Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle et analyste comportemental à l’OCRVP (Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes, Nanterre) suit un traitement par stimulations magnétiques au cerveau à cause d’une schizophrénie tenace. Il cède à l’appel du terrain à la demande de son supérieur et contre l’avis d’Eugénie, la petite fille imaginaire qui le suit depuis la mort de sa femme et de sa fille. Dans le Nord de la France, cinq corps d’hommes impossibles à identifier ont été retrouvés deux mètres sous terre. Mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu, tous en état de décomposition avancé. Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux Québécois l’informe par téléphone du lien ténu qui existe entre cette bobine et l’histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont se rencontrer… Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années 1950, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E. Un mal d’une réalité effrayante qui révèle que nous pourrions tous être capables du pire…
Quel rapport entre un film étrange et une série de meutres dont les victimes ont eu la boite cranienne sciée?
Pourquoi ce vieux film intéresse-t-il tant?
Qu’est ce que cette histoire d’enfants et de lapins, lachée par un individu située à l’autre bout de la planète?
On se retrouve avec un flic énigmatique, schizophrène et qui a des visions. Personnage atypique et pourtant tellement attachant. Henebelle est aussi une « gueule cassée » et va retrouver ses propres fêlures dans Sharko.
Beaucoup de mystère, beaucoup de tension, peu de lenteurs. J’ai vraiment beaucoup accrocher à ce triller. D’ailleurs j’ai l’impression que ces denriers temps c’est ce genre qui me comble le mieux, tant mieux.
Y a rien de pire qu’un mauvais thriller.
J’ai rien vu venir, je me suis complètement fait ballader et j’aime ça.
Par contre, attention d’avoir la suite « Gataca » sous la main sous peine d’avoir envie de se taper la tête contre les murs. Sur ce, je m’en vais de ce pas lire la suite car je veux savoir.
    2/5

15 novembre 2012

J.K. Rowling – Une place à prendre

Posted in 3 hiboux, Contemporain at 16:43 by alivre0uvert

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.
J’avis lu à droite, à gauche que les personnages se succédaient à une cadence importante et qu’il vallait mieux prendre des notes pour ne pas se perdre. Personnellement je n’ai éprouvé aucune difficulté face à la foisonnante gallerie de personnages.
On commence par le décès d’un notable et des ressentis de chacun fasse à celui-ci. Et puis l’on se rend compte que le décès en vient à être un torrent dévastant sur son passage, emportant presque tout dans son sillage.
On découvre des secrets bien gardés, pas très reluisants. Des aigreures, des rivalités se réveillent.
Chaque pagfordien nous parle, comme s’il s’agissait d’un peu de nous. Des premiers émois adolescents aux mariages qui périclites. On étouffe dans la petitesse de la bourgade, d’ailleurs y a t il un pagfordien qui ai vu autre chose que son village et la rivale Yarville d’à côté?
Je n’avais jamais lu J.K Rowling, je me suis laissée emportée par sa prose. Parfois c’était un peu brinqueballant mais globallement ça tenait la route, ça tenait aux tripes.
J’étais à la fois soulagée de le terminer et en même temps un peu déçue de l’avoir fini. Ce qui pour moi n’est pas mauvais signe.
Lu dans le cadre d’une lecture commune

10 novembre 2012

Jean-Christophe Grangé – Le concile de Pierre

Posted in 5 hiboux, Chalenge lire sous la contrainte, Polar - Thriller at 13:54 by alivre0uvert

Diane Thiberge est un drôle d’animal : grande, belle, blonde, elle a été, adolescente, victime d’une horrible agression. Résultat : elle est maintenant solitaire, championne en arts martiaux et spécialiste du comportement des animaux prédateurs. À 29 ans, pour sortir de sa citadelle, elle décide d’adopter dans un orphelinat en Thaïlande, un petit garçon de cinq ans. Lu-Sian, dit Lucien, va changer sa vie… pour le meilleur et pour le pire ! Suite à un accident de voiture qui laisse Lucien cliniquement mort, des meurtres vont se succéder autour de Diane. Peu à peu, les contours d’une terrifiante machination se font jour et vont entraîner Diane jusqu’en Mongolie, dans une ethnie aux étranges pouvoirs. Tout se jouera au centre d’un cercle de pierre témoin d’atroces expériences…

J’ai découvert J-C Grangé avec les rivières pourpres alors que j’étais adolescente. Je me souviens d’un roman au suspens haletant et à la fin détonante qui m’avait laissée sans voix, sans un souffle, tellement le coup final m’avait surprise.

J’ai lu plus récemment le vol des cigognes qui m’avait laissée beaucoup moins enthousiasmée parce que j’avais pressenti les ficelles du roman.

Avec le concile de Pierre, j’ai renouée avec mon enthousiasme d’antan. J’avais du mal à poser ma tablette, à ne pas continuer ma lecture, encore et encore.

A nouveau on retrouve un chemin parsemé d’embûches, de cadavres et de sang. A nouveau, on court dans le récit à en perdre haleine pour en savoir plus, toujours plus.

On sait que le récit est improbable et pourtant, on y croit, on s’y accroche, enfin non, c’est lui qui s’est accroché et qui ne me lâchait plus.

J’ai parcouru aux côtés de Diane, l’Asie du sud-est, la Russie et la Mongolie. On la suit dans sa course  folle pour comprendre le mystère entourant son fils, on essaie de la comprendre, comprendre la solitude dont elle s’entoure, la hargne qu’elle éprouve envers sa mère.

On finit évidemment par avoir les réponses aux questions qu’on se posait et même qu’on ne se posait pas.

Lu dans le cadre du challenge « lire sous la contrainte« 

2 novembre 2012

Stephen King – Dôme tome 1&2

Posted in 5 hiboux, Fantastique at 14:40 by alivre0uvert

Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

King, avec son talent inimitable, nous tiens dans une tension constante, au sein d’un insoutenable huis clos. On pourrait presque y voir une réinterprétation de « huis clos » de Sartre.

Il utilise toujours avec le même brio une petite ville paumée des Etats-Unis comme théâtre dans lequel se joue une partie d’échec entre les « gentils » et les « méchants ».

J’ai beaucoup aimé la mise en place de la barrière (qui deviendra le dôme) avec juste ce qu’il faut de gore.

On espère, comme les habitants de Chester’s Mills, que les tentatives pour venir à bout du dôme aboutissent. Même si on se doute que cela n’arrivera pas rapidement étant donné les deux tomes de l’ouvrage.

On a ce qu’il faut de personnages inquiétants, voir psychopathes. C’est étonnant comme Dale Barbara, alors qu’il est quand même le « héro » de l’histoire, restera assez mystérieux jusqu’au bout. Peut-être parce que c’est juste un brave type, un peu trop intelligent par rapport à la majorité de ceux qui traînent à Chester’s Mills et qui a atterrit dans la ville comme une mouche dans un bol de soupe.

J’ai apprécié l’équipe des 3 ados courageux dont Joe, le surdoué apporte pas mal à l’histoire.

Le drogué qui se prend pour un soldat de Dieu aussi… bref on a une belle brochette de personnages.

Certaines mystères viennent s’ajouter à celui du dôme et on ne peut s’empêcher de continuer à lire encore et encore.

La fin maintenant, sans trop en dévoiler, c’est clair qu’elle est surréaliste mais en même temps en réfléchissant à d’autres fins, je crois que toutes auraient eu son lot de public déçu. Bon c’est clair que je ne peux pas dire qu’elle soit grandiose mais bon elle me va comme ça. En tout cas je n’aurais pas pu faire mieux.