30 juillet 2013

Top ten Tuesday : Les 10 livres qui vous ont pris le plus de temps à lire

Posted in Top Ten Tuesday at 13:03 by alivre0uvert

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

______________________________________________________

  • Umberto Ecco – Le nom de la rose

Encore aujourd’hui je ne suis pas sure d’avoir tout compris. Je n’ai surement pas assez fait de latin.

  • Stendhal – Le rouge et le noir

Il m’a nécessité deux lectures puisque je l’avais abandonné une première fois. Pourtant j’avais beaucoup accroché à la deuxième.

  • Chloderlos de Laclos – Les liaisons dangereuses

Pareil pour celui-ci, je pense que pour les deux, je n’étais pas assez « mure » au moment où j’ai voulu les lire la première fois (à l’adolescence).

  • Flaubert – Emma Bovary

Il a nécessité une deuxième lecture mais je n’ai pas accroché à la deuxième, je l’ai trouvé interminable.

  • H.G.Wells – La guerre des mondes

J’ai eu énormément du mal à me créer des images, trop ancien peut-être.

  • Steinbeck – Les raisins de la colère

Je l’ai trouvé moins fluide que les récits plus courts qu’il a écrit, le sujet est aussi très dur. Ce qui n’aide pas.

  • Stephen King – Différentes saisons

Et particulièrement la nouvelle « le corps ». J’ai de loin préféré l’adaptation « Stand by me » que j’ai trouvée moins « creepy »

  • Malraux – La condition humaine

Je viens enfin de le finir, c’était un petit livre mais la fatigue de ces derniers temps et le fait que je me perdais dans le récit ne m’ont pas aidée. Chronique à venir.

 

 

 

 

Advertisements

25 juillet 2013

Milan Kundera – L’insoutenable légèreté de l’être

Posted in 3 hiboux, Contemporain at 20:29 by alivre0uvert

«Qu’est-il resté des agonisants du Cambodge? Une grande photo de la star américaine tenant dans ses bras un enfant jaune. Qu’est-il resté de Tomas? Une inscription : Il voulait le Royaume de Dieu sur la terre. Qu’est-il resté de Beethoven? Un homme morose à l’invraisemblable crinière, qui prononce d’une voix sombre : « Es muss sein! » Qu’est-il resté de Franz? Une inscription : Après un long égarement, le retour. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli.»

Je ne peux pas dire que j’ai aimé, ni que je n’ai pas aimé.

Un style magnifique, souvent très poétique, parfois très cru.

Il traite avec une certaine magnificence des questions autour de l’amour physique et psychique, de la facilité des uns à les dissocier, de l’impossibilité des autres à le faire.

Il y a des livres qui se dévorent et d’autres qui se dégustent, celui ci fait partie de la deuxième catégorie.

Une citation qui m’a particulièrement marquée « Pour qu’un amour soit inoubliable, il faut que les hasards s’y rejoignent dès le premier instant comme les oiseaux sur les épaules de Saint François d’Assise ».

Il aura fallu pas moins de 6 hasards pour créer l’amour entre Thomas et Téréza. Lui qui se refusait à finir sa nuit à côté de ses amantes d’une nuit, se voit accompagner toutes les nuits de Téréza par une poussée de fièvre. Toutefois, cela ne l’empêchera pas de continuer à satisfaire sa lubricité dans d’autres bras et obliger Téréza à sentir l’odeur d’autres femmes dans ses cheveux. L’aime-t-il moins qu’elle ne l’aime, rien n’est moins sur. Mais là n’est pas l’essentiel.

L’essentiel est ailleurs et j’ai l’impression d’avoir manqué de la grille de lecture appropriée pour le saisir.

16 juillet 2013

Top Ten Tuesday – Les 10 auteurs qui mériteraient plus d’attention

Posted in Top Ten Tuesday at 08:07 by alivre0uvert

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

______________________________________________________

J’ai du mal à séparer un auteur de son titre, surtout parce qu’il est rare que je lise plusieurs titres d’un même auteur.

1) Pearl Buck – Pivoine

Parce que j’ai aimé la plongée dans la culture chinoise.

2) Torey Hayden

J’en ai lu plusieurs, j’étais fascinée par les « cas  » racontés, c’était encore à l’époque lointaine où j’étais étudiante en psycho.

3) Khaleid Hosseini

Il y a eu une « mode » autour des cerfs-volants de Kaboul mais j’ai l’impression que cet auteur est un peu retombé dans l’oubli. Je compte toujours lire mille femmes blanches

4) Yasmina Khadra

J’ai lu plusieurs titres de cet auteur (L’attentat, Les sirènes de Bagdad et Les hirondelles de Kaboul). Tous des titres « forts » et puissant.

5) Reif Larson – L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet.

Ce titre est un ovni littéraire, assez original et que j’ai apprécié découvrir.

6) Dans Simmons

Surtout pour la saga Hypérion, ce n’est pas un auteur peu connu dans la sphère de la SF mais en dehors de ça, je trouve que c’est un auteur qui devrait être plus connu.

7) William Styron – Le choix de Sophie

Un livre très fort, poignant et qu’on n’oublie pas vite.

8) Maurice Druon – Les rois maudits

Mon père était fan de l’adaptation, bien que je ne l’ai jamais vue, je suis tombée sur la version livre en seconde main. Ce fut une bonne découverte, je conseille cette saga aux amateurs de romans historiques.

9) José Carlos Somoza – La caverne des idées

Auteur que j’ai découvert récemment et qui ne se laisse pas facilement « apprivoiser », j’ai hâte de découvrir d’autres titres.

10) Dick Wittenborn – Le remède et le poison

Titre que j’ai découvert récemment. Certaines ressemblances avec John Irving me donnent envie d’en lire plus de cet auteur.

12 juillet 2013

Dirk Wittenborn – Le remède et le poison

Posted in 5 hiboux, Challenge ABC 2013, Contemporain at 21:25 by alivre0uvert

Couverture Le remède et le poisosn

Dépression, schizophrénie, angoisse, … L’ambitieux Will Friedrich, professeur de psychologie à Yale, paraît avoir trouvé le remède miracle aux névroses en tout genre, à base d’un élixir concocté par les chamans de Nouvelle-Guinée. Et pour tester cette pilule du bonheur, Casper Padrak, Adolescent torturé, semble le cobaye idéal. Mais Friedrich a-t-il bien mesuré tous les effets secondaires de sa découverte?

J’ai refermé la dernière page du livre avec une certaine nostalgie, n’ayant pas envie de laisser les personnages et ayant envie d’en savoir plus.

Ce livre aura tenu mon attention de la première à la dernière page. Il me fait penser à Irving avec ses livres sur plusieurs générations et les accidents de la vie au fil des pages.

Au niveau sociétal, j’ai été fascinée par l’histoire de la pharmacologie et combien l’espoir du « bonheur » sur ordonnance (ou sans mais moins légal) a pu et est encore important. Intéressant aussi le fait que le remède au mal de vivre, puisse être un poison également. D’ailleurs, en y réfléchissant, il est difficile de savoir lesquelles des drogues, légales ou illégales, sont les plus dévastatrices.

De plus, certaines ne nécessitent aucune substance, comme la course aux richesses, à la célébrité, qui une fois atteint se transforment également en poison. Le poison du « rêve américain ».

  14/20

5 juillet 2013

Raymond Queneau – Zazie dans le métro

Posted in 0 hibou, Challenge ABC 2013 at 20:34 by alivre0uvert

– Zazie, déclare Gabriel en prenant un air majestueux trouvé sans peine dans son répertoire, si ça te plaît de voir vraiment les Invalides et le tombeau véritable du vrai Napoléon, je t’y conduirai.
– Napoléon mon cul, réplique Zazie. Il m’intéresse pas du tout, cet enflé, avec son chapeau à la con.
– Qu’est-ce qui t’intéresse alors  ?
Zazie ne répond pas.
– Oui, dit Charles avec une gentillesse inattendue, qu’est-ce qui t’intéresse  ?
– Le métro.

J’étais curieuse de découvrir ce titre.

J’ai pensé que la rencontre se ferait, mais visiblement l’auteur et moi, sommes dans des univers trop parallèles.

Pas que l’argot ou les injures puissent me déranger mais un livre fait uniquement de ça, personnellement c’est trop pour moi.

Ce n’est pas faute de m’être accrochée, d’avoir essayé de passer au dessus de l’ennui qui me gagnait de plus en plus… Ca a souvent marché pour d’autres récits, mais pour celui-ci je n’ai vraiment pas pu aller jusqu’au bout. Je me suis résignée à l’abandonner à environ la moitié du récit.

Je crois que j’aurais pu passer outre les vulgarités nombreuses mais l’histoire en elle-même n’a pas réussi à maintenir mon attention.

Ce n’est pas mon genre d’abandonner un livre mais j’essaie de ne pas trop me forcer non plus. Peut-être que je retenterais l’expérience, ou peut-être pas, je n’en sais rien encore.

  13/26

Me voici arrivée à la moitié du challenge ^^