20 octobre 2013

Condie Raïs – L’ombre d’un écrivain

Posted in 3 hiboux, Contemporain at 22:19 by alivre0uvert

couv13488372

 

Isabelle n’en peut plus du harcèlement permanent des fans du romancier Marc Mussaut, dont les livres sentimentalo-érotiques se vendent par conteneurs dans le monde entier. Elle le déteste. Si elle le pouvait, elle irait lui faire la peau. Et pourtant, elle va devoir lui servir de nounou. Faire de lui un homme. Et un écrivain, si possible. Parce que pour couronner le tout, ses best sellers, ce n’est même pas lui qui les écrit…

J’avais déjà apprécié le personnage d’Isabelle dans la nouvelle initiale, bien que je la trouvais un peu pimbêche.

Elle m’avait fait repenser à une discussion que j’avais eue sur « l’élitisme culturel ».

Je savais déjà que le personnage de Condie Rais est le pont qui relie Marc et Isabelle mais j’étais curieuse de voir s’il y en avait d’autres.

Il y a également un certain humour que j’ai du mal à définir et qui parsème le récit.

« Ma conclusion était qu’il fallait à présent envisager la prostitution comme une option raisonnable »

J’ai aimé la façon dont les deux récits initiaux se sont emmêlés.

Il y a quelque chose de touchant dans ce roman. Je ne m’attendais pas à certaines évolutions des personnages même si quelque part ça avait une certaine logique.

J’ai retrouvé moins de coquilles que dans le recueil de nouvelles ce qui est très appréciable.

On lit le point de vue de chaque personnage puisque chaque paragraphe est dédié à chaque fois à l’un d’eux.

C’est un roman qui se laisse lire assez facilement et qui est plutôt original. Qui permet de réfléchir à ce qu’on lit et pourquoi on le lit.

 

15 octobre 2013

Les 10 raisons qui vous poussent à faire des rendez-vous livresques (C’est lundi, Top ten tuesday, IMM, etc…)

Posted in Top Ten Tuesday at 08:30 by alivre0uvert

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

______________________________________________________

Je participe uniquement au TTT et pour l’instant ça me suffit

1) Ça permet de varier avec les chroniques de livres

2) Le TTT permet de faire un article si je n’ai pas eu le temps de faire une chronique.

3) Ça m’a parmi de faire connaitre mon blog.

4) Conséquence positive du point 3 : ça m’a parmi de me faire des copinautes. Parce que sur le TTT on a toujours quelque chose à dire et à échanger

5) Et ça me permet de découvrir de nouveaux blogs

6)  Les TTT des meilleures lectures ou des PAL donnent des idées de lecture

7) Le TTT me permet d’opter pour une vision « méta » de mes lectures et souvent d’avoir une petite vue d’ensemble

8) Le rendez-vous hebdomadaire « rythme » la semaine : j’ai hâte de réfléchir au thème proposé

9) Même si j’ai envie d’être mardi pour faire mon TTT et découvrir le thème de la semaine suivante, je ne me sens jamais obligée d’y participer

10) Ca permet de ne pas passer à côté des livres qui font le buzz ou au contraires les livres à éviter absolument.

9 octobre 2013

Annie Ernaux – La honte

Posted in 2 hiboux, Autobiographie, Challenge, Challenge ABC 2013 at 10:13 by alivre0uvert

Couverture La honte

« J’ai toujours eu envie d’écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d’autrui insoutenable. Mais quelle honte pourrait m’apporter l’écriture d’un livre qui soit à la hauteur de ce que j’ai éprouvé dans ma douzième année. »
Annie Ernaux.

Tout petit livre d’Annie Ernaux, une auteure que je ne connaissais pas. J’avais une voisine qui avait une caisse de livres à donner, il était parmi eux.

Le 4ème de couverture ayant attisé ma curiosité, je l’ai pris.

Je me suis lourdement trompée sur le thème du livre, peut-être parce que je suis de la génération « Julie et Melissa » (et là vous avez tout de suite deviné la nature de ma méprise) mais je m’attendais à complètement autre chose.

Au final, j’ai trouvé ce récit très banal, il ne m’a absolument pas touchée. Il appartient à une autre époque et d’autres mœurs mais malgré tout je ne pense pas que ce soit l’unique raison de mon désintérêt.  En effet, « 24heures dans la vie d’une femme » m’avait complètement émue bien qu’il s’agisse d’une époque et de mœurs encore plus anciennes.

Qu’est ce qui a fait la différence ? Difficile à dire. Le sujet en partie, car la honte d’Annie Erneaux m’a parue quelque peu « ridicule » et disproportionnée par rapport à la cause. Le style surement, n’est pas Stefan Zweig, qui veut.

Enfin, et surement pour une grande part, ma sensibilité pour certains sujets et pas pour d’autres, tout simplement.

Je ne dirais pas que le récit était mauvais, mais en tout cas il ne m’a absolument pas touchée.

 19/26

1 octobre 2013

Les 10 raisons qui font que vous préférez les livres papier aux ebooks

Posted in Top Ten Tuesday at 13:10 by alivre0uvert

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

______________________________________________________

1) Un livre ne tombe pas en rade de batterie

Bon ok, il aura fallu deux bons mois pour arriver jusqu’au bout de ma batterie, parce que je voulais voir ce qu’elle pouvait tenir, mais en attendant, elle m’a lâchée pendant mon train de retour. 40 minutes sans liseuse! Heureusement, j’ai des pdf de magazines sur mon note II

2) On ne peut pas tourner les pages d’un ebook

Enfin si, virtuellement, mais tu n’as pas le charme de prendre délicatement ta page pour la tourner.

3) L’ebook n’a pas d’odeur

Moi qui achète beaucoup d’occasion car j’aime l’odeur des vieux livres, ça me manque.

4) La liseuse, dans la bibliothèque n’a pas le même effet.

En plus, je ne la range pas dans ma bibliothèque.

5) On voit moins son avancement dans un ebook.

Ba oui, voir visuellement que tu as tourné plus de pages qu’il ne te reste à lire, ça en jette quand même plus que « 860 sur 1360 » ou « 63% lu »

6) C’est quand même plus facile pour revenir au chapitre précédent avec un vrai livre

J’y ai pensé car je lis en ce moment « Un monde sans fin » et les repères chronologiques sont en intitulé de Chapitre, du coup c’est un peu frustrant.

7) Difficile d’être fier de sa lecture avec un ebook

Oui parce que si tu te mets à lire « Critique de la raison pure » tu ne peux pas arborer fièrement sa couverture. Ok je ne lis pas pour frimer mais si avec un vrai livre tu peux éventuellement avoir une conversation avec un inconnu qui s’engage, avec ma liseuse, ça ne m’est encore jamais arrivé.

8) Y a rien à faire, avec un ebook je n’ai pas le sentiment de posséder comme je peux l’avoir avec un livre, du coup c’est un peu frustrant.

9) Les couvertures

Oui parce que bon, la reproduction en noir et blanc sur la kobo c’est sympa mais ça n’a quand même aps le même charme qu’une couverture en couleur et en papier glacé.

10) Aller en librairie que ce soit en neuf ou occasion procure bien plus de plaisir que de faire une recherche sur les catalogues en ligne