13 septembre 2013

Kristan Higgins – Trop beau pour être vrai

Posted in 4 hiboux, Romance at 23:07 by alivre0uvert

Invitée à son quatrième mariage de l’année… et toujours pas l’ombre d’un cavalier pour l’accompagner ! Autant dire un cauchemar pour Grace, qui s’imagine déjà les regards apitoyés de sa famille, atterrée de la savoir toujours célibataire après une rupture amoureuse particulièrement mouvementée. Aussi Grace ne voit-elle qu’une solution pour rassurer ses parents et ses sœurs, épouvantés à l’idée qu’elle ne termine sa vie auprès de son chien Angus et de son meilleur ami gay : s’inventer un petit ami. Mais attention, le nec plus ultra des petits amis ! Riche, brillant, drôle, volontaire mais attentionné, solide mais capable d’être tendre. Cerise sur le gâteau : cet homme parfait sera littéralement fou d’elle. Bref, un innocent mensonge, pour rassurer tout le monde… Mais voilà que dès le lendemain, Grace fait la connaissance de son nouveau voisin, Callahan O’Shea. Un regard brûlant, un corps viril : cet homme a tout pour faire naître dans son esprit les fantasmes les plus torrides. Un seul détail cloche : tout juste sorti de prison, le beau Callahan est absolument infréquentable. Surtout aux yeux de la famille de Grace, qui n’attend qu’une chose : qu’elle leur présente son fiancé parfait… surgi tout droit de son imagination.

Ce fut mon premier harlequin et probablement pas le dernier.
J’ai eu l’impression d’être face à la version écrite d’un film « de fille ». D’un film romantique sur lequel on tombe par hasard, parce qu’il n’y a rien d’autre à la télé et pour lequel on se surprend à accrocher et à avoir envie de connaitre la fin. J’ai pensé à cette analogie car j’ai trouvé ce roman (et quelques autres) dans ma kobo après une mise à jour.  Bref.

Bien sûr, il n y a pas vraiment de surprise dans le roman (quoique quand même mais je n’en dirais pas plus).

Bien sûr, c’est plein de clichés qui m’ont parfois fait lever les yeux au ciel : la fabuleuse Nathalie, superbe avec ses cheveux blonds, lisses et ses yeux bleus. Ah et aussi, incroyablement gentille et douce. Ou les fantasmes de Grâce voyant son voisin et ses muscles saillants travaillant sur son toit.

Bien sur, il y a cette obsession (toute américaine?) pour le mariage, la peur de finir « vieille fille » ou l’épaisseur du portefeuille.

Mais je n’ai pas pu m’empêcher de m’attacher au récit, aux déboires de Grace et à ses maladresses pour essayer de s’en sortir et aux différents personnages.
Celui qui a eu ma préférence était celui de la sœur aînée, Margareth, d’un tempérament qui ne s’en laisse pas conter mais attachante quand même et plus fragile qu’on pourrait le croire.

Grace et Callahan m’ont un peu fait penser à Susan et Mike (Desperate housewives)

Chaque personnage avait une personnalité bien déterminée et tout le récit n’était pas uniquement tourné autour de la romance et de l’amour. Bref une première rencontre harlequin plutôt positive.

 

 

17 mars 2013

Guillaume Musso – Que serais-je sans toi?

Posted in 2 hiboux, Romance at 12:02 by alivre0uvert

Couverture Que serais-je sans toi ?

Gabriela a deux hommes dans sa vie. L’un est son père, l’autre est son premier amour. L’un est un grand flic, l’autre est un célèbre voleur. Ils ont disparu depuis longtemps, laissant un vide immense dans son coeur.
Le même jour, à la même heure, ils surgissent pour bouleverser sa vie. Ils se connaissent, ils se détestent, ils se sont lancé un défi mortel.
Gabrielle refuse de choisir entre les deux, elle voudrait les préserver, les rapprocher, les aimer ensemble.
Mais il y a des duels dont l’issue inéluctable est la mort.
Sauf si…

Je me suis rendue compte en cours de lecture que je l’avais déjà lu mais impossible de m’en souvenir plus que ça, c’est dire s’il m’avait marqué…

Cette deuxième fois ne restera pas plus dans les annales.

Quelle coïncidence quand même que le voleur que Martin essaie de coincer soit le père de son premier amour jamais oublié… D’autant plus qu’il le croise à Paris alors qu’il avait rencontré sa bien aimée à New York…

Hormis ce démarrage sans queue ni tête (mais il en fallait bien un sinon ça aurait fait 10 pages), j’ai trouvé l’histoire mignonne.

5 décembre 2012

Collen Mc Cullough – Les oiseaux se cachent pour mourir

Posted in 4 hiboux, Romance at 11:44 by alivre0uvert

L’histoire commence en 1915 et s’achève à la fin de la seconde guerre mondiale. La famille Cleary originaire de la Nouvelle Zélande émigre en Australie pour faire fructifier un domaine où se pratique l’élevage du mouton et qui appartient à la riche soeur de Paddy Cleary, le père de famille. Une épique superbement rendue où s’acharnent les passions des personnages avec comme fil conducteur les amours tragiques de l’héroine Maggie pour le magnifique prêtre Ralph de Bricassart lié à jamais au sort de l’exploitation du domaine.
Nul doute que Colllen Mc cullough a un véritable talent de conteuse. Je me demande quelle part d’autobiographie y-a-t-il dans le roman?
Bien que je n’ai jamais mis les pieds en Nouvelle- Zélande ni en Australie, je m’y suis cru comem si j’y étais. Qu’il s’agisse de la fournaise sèche de la région de Glanbonne ou l’humidité tropicale du Queensland du Nord.
Se roman est étiquetté romance mais bien qu’il raconte des amours contrariés entre humains, il raconte surtout l’amour de la terre et d’une région bien spécifique.
Comme si la terre de Drogheda avait été épousée et qu’ils ne pouvaient l’abandonner.
J’ai vibré pour chacun des personnages, j’ai eu envie de mettre des claques à certains, j’ai soufert avec un certain nombre d’entre eux.
Je ne peux refermer le livre sans une pointe de nostalgie.
Ce qui montre chez moi qu’il a su me toucher.